Wiccan Domhanda

AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le Temple d'Artémis à Éphèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sheol


avatar

Genre : Masculin Balance Messages : 77
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 24
Localisation : Caen

MessageSujet: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Lun 16 Mai 2016 - 12:48


Le temple d'Artémis à Éphèse

La quatrième Merveille du monde antique





Pour élever ce chef-d’œuvre de l'art ionien qu'est le temple d'Artémis à Éphèse en Asie Mineure, il a fallu, dit-on, près de 120 ans. Les trois architectes chargés de sa conception, Chersiphron, son fils Mètagénès et Théodoros, décidèrent vers 560 av. J.-C., d'ériger en l'honneur de la déesse chasseresse le plus grand monument de toute la Grèce archaïque. Ils employèrent pour cela un marbre identique à celui utilisé lors de la fondation de la ville d'Éphèse, plusieurs siècles auparavant, et réalisèrent un édifice qui fut bientôt considéré comme l'une des Sept Merveilles du Monde.

Incendié à maintes reprises, le temple d'Artémis à Éphèse fut à chaque fois reconstruit. Aujourd'hui pourtant, il ne reste de cet immense édifice appelé l'Artémision que quelques pierres éparses, situées non loin de la ville turque de Selcuk. Pour se faire une idée de ce que fut le temple antique, il faut se rendre à Didymes où fut érigé, à la même époque, un temple identique consacré à Apollon.


_______________________________________________


Les architectes conçoivent un édifice démesuré



Les dimensions colossales et la magnificence du temple d'Artémis suscitent l'admiration unanime des voyageurs de l'Antiquité. Il n'y a jamais eu, jusque-là, de sanctuaire aussi grandiose : 55 mètres de façade, 115 mètres de long et 127 colonnes, offertes par autant de souverains de tout le bassin méditerranéen. Édifié sur un socle de treize marches, pour grandir encore une silhouette déjà si imposante, l'édifice est plus que majestueux.

A la différence de la plupart des temples antiques où le sanctuaire est fermé par un toit, le temple d’Éphèse s'ouvre sur le ciel. Il est en effet trop vaste pour que l'on puisse imaginer une charpente adaptée. Ses architectes optent donc pour une immense cour, dominée par la statue de la déesse. Par une grande porte précédée d'un vestibule, on rejoint l'énorme escalier qui donne accès à la gigantesque cour intérieur.

_______________________________________________


Le temple archaïque doit surpasser celui de Samos



Quelque temps avant la construction de l'Artémision, le nouveau temple d'Héra fait la renommée de l'île égéenne de Samos. Blessés dans leur orgueil, les habitants d'Éphèse décident que leur nouveau temple doit surpasser celui de l'île rivale. Le temple d'Artémis, construit entièrement en marbre, sera le plus grand bâtiment de son époque.

Pour éviter que les tremblements de terre n'ébranlent l'édifice, ses fondations sont établies sur une couche de charbon de bois recouverte de peaux de bêtes. Le grand temple enfin érigé présente un plan diptère, une double rangée de colonnes de 19 mètres de haut et de 1,20 mètre de diamètre encadrant chaque côté du bâtiment.

_______________________________________________



Incendié, le temple est reconstruit avec l'aide d'Artémis



Dans la nuit du 21 juillet 356 avant notre ère, la nuit même de la naissance d'Alexandre le Grand, un inconnu nommé Hérostrate, pour que son nom soit ainsi immortalisé, incendie le temple d'Artémis. Lorsque Alexandre vient à Éphèse, un nouveau temple, plus orné encore que l'ancien, est en construction.

Le plan existant n'a subi aucune modification et le nouveau monument présente un aspect semblable au précédent. Mais des sculpteurs célèbres et talentueux, tels Scopas et Praxitèle, œuvrent dans la nouvelle construction pour la décoration de l'autel et des 36 colonnes de la façade. Les sculptures en relief de ces colonnes appelées columnae caelatae se situent juste en dessous des chapiteaux, ainsi que sur les bases.

La masse des architraves qui reposent sur ces colonnes est estimée à plus de 20 tonnes. L'immense difficulté de leur positionnement à une vingtaine de mètres de hauteur nourrit la légende populaire selon laquelle Artémis elle-même est venue les placer.

_______________________________________________


Le temple d'Artémis a été édifié sur le même modèle que celui d'Apollon



Aujourd'hui, les archéologues se penchent sur la vaste cuvette du site du temple d'Artémis et les fouilles ont déjà permis la découverte d'un grand nombre d'objets votifs en or, argent ou terre cuite, ainsi que des monnaies. On peut déduire avec certitude qu'un véritable jardin zoologique entourait le temple de la chasseresse.

L'étude du temple d'Apollon à Didymes est d'une aide précieuse pour imaginer la structure de celui d'Artémis, sa sœur jumelle. Construit à la même époque et par les mêmes architectes, ce temple est la copie conforme de celui d’Éphèse.



Pour aller plus loin:
 

Crédits :

Auteur : Susan McCrann
Copyright Éditions Atlas 2003
Revenir en haut Aller en bas
Sheol


avatar

Genre : Masculin Balance Messages : 77
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 24
Localisation : Caen

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Lun 16 Mai 2016 - 12:48

Pour en apprendre plus sur Artémis, je vous oriente vers la présentation très complète réalisée par Herzen à son sujet :
http://wiccandomhanda.forumactif.org/t2360-artemis-deesse-lunaire-de-la-chasse
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis


avatar

Genre : Masculin Poissons Messages : 7062
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Lun 16 Mai 2016 - 23:19

Merci pour ce lien. Quel magnifique temple! J'aurais aimé qu'il soit encore entier. Ca devait être grandiose de le contempler. Un beau temple pour une grande déesse (même si j'ai encore du mal avec, je vais essayer de la voire autrement). Smile
Revenir en haut Aller en bas
Sheol


avatar

Genre : Masculin Balance Messages : 77
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 24
Localisation : Caen

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Lun 16 Mai 2016 - 23:49

Artémis est très intéressante et même si tu ne l’affectionnes pas plus que ça, les histoires de chasseresse qui l'accompagnent sont plutôt épiques.
Quant au temple, il devait aussi être bien joli à voir, mais pour te consoler, dis toi que la légende veut que Alexandre le Grand soit né la nuit où il a été incendié pour venger sa destruction. Qui sait, sans cet incident, il n'y aurait peut être jamais eu d'Alexandre ou de Bucéphale Smile
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis


avatar

Genre : Masculin Poissons Messages : 7062
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Mar 17 Mai 2016 - 0:26

Je m'en fiche d'Alexandre s'il y avait encore le temple! ^^ On va construire le même en Ile-de-France! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Sheol


avatar

Genre : Masculin Balance Messages : 77
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 24
Localisation : Caen

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Mar 17 Mai 2016 - 0:36

En province !
Assez de la dictature des parigots cat
Revenir en haut Aller en bas
siannan


avatar

Genre : Féminin Capricorne Messages : 343
Date d'inscription : 16/08/2013
Age : 32
Localisation : Marne

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Mar 17 Mai 2016 - 19:18

Je trouve intéressant de voir que l'Artémis d'Ephèse semble avoir été très différente de l'Artémis d'Athènes...
Comme quoi même dans l'Antiquité il n'y avait pas une unique vérité et représentation pour chque divinité.



 Artémis d'Ephèse


L' Artémis éphésienne est très différente d'autres représentations connues de la déesse à l'époque classique, hellénistique ou romaine. Il pourrait s'agir d'un culte d'une forme pré-hellenique de la déesse[4] Une inscription[5] datant probablement du 3ème siècle av JC l'associe à la crète : "Au guérisseur des maladies, à Apollon, Donneur de lumière aux mortels, Eutyches a élevé en offrande votive [la statue de] la Dame crétoise d’Éphèse", la Porteuse de Lumière." Elle représente la fécondité, la fertilité, c'est une mère nourricière qui allaite l'humanité entière par ses nombreux seins engorgés du lait divin.


  • représentation

C'est Callimaque qui nous dit que la première statue de la déesse était un xoanon ("ξόανον") : sculpture taillée dans le bois". La statue que vit Xénophon était bien en bois et, au Ie siècle ap. J.-C., Pline l'Ancien indique clairement que la statue celle qui figurait dans le temple était sculptée dans du "cyprès". Par la suite, on éleva des répliques en terre cuite, en pierre ou en bronze mais ces reproductions garderont toujours l'esprit de leur matière d'origine. Ce qui évolua, au cours des siècles, c'est l'ornementation. Xénophon nous dit qu'au IVe siècle, la statue était déjà recouverte de feuilles d'or. Il fallut aussi intégrer, sur cette forme stylisée, de nombreux attributs de la déesse.
Artémis xoanon est dépourvue de membres inférieurs, engoncée de la taille aux pieds dans un fourreau qui descend jusqu'au sol, comme si elle y était plantée. On voit nettement, sur certaines statues ou statuettes, des ramifications qui semblent s'enfoncer dans la terre. Le "xoanon" n'est donc pas seulement une statue faite en bois. C'est une divinité arbre, dont il faut imaginer que les racines s'enfoncent dans la Terre mère, en souvenir de l'idole originelle qui fut placée dans le sanctuaire dit "de l'arbre", premier téménos à ciel ouvert installé dans le marécage du Caystre.


Artemis d’Éphèse. 1er siècle ap JC

Le fourreau : le bas du corps est constitué d'une sorte de socle comme celui des divinités du proche orient et d'Egypte. Il est quadrillé, chaque case contenant un ou plusieurs animaux de toutes espèces : cerfs, sangliers, fauves, abeilles, chèvres, taureaux, chevaux, griffons. En général, les mêmes animaux se retrouvent dans des cases contiguës sur la même ligne. On retrouve là les attributs grecs traditionnels de la πότνια θηρῶν (souveraine des bêtes sauvages) et on peut penser qu'il s'agit de la représentation symbolique d'une domination universelle sur le mode sauvage. Les cases du quadrillage correspondraient aux représentations plus réalistes des Artémis chasseresses et auraient été un moyen de conserver à la déesse le cortège animalier que sa posture xoanienne empêchait de montrer.
Mais ces attributs sont aussi ceux des divinités asiatiques, les déesses mères orientales ayant souvent des caractéristiques identiques. Comme on retrouve beaucoup de figurines animales dans les objets votifs du "trésor d'Ephèse", il faut admettre, celui-ci étant antérieur à l'époque de Crésus, que les cultes parallèles ou concurrents à celui de la déesse ionienne faisaient déjà appel à des représentations de ce genre. C'est à eux sans doute que l'on doit la présence de l'abeille et des fleurs. L'abeille, quand elle est figurée, occupe toujours une place importante dans la case.
Enfin, on remarque que nombre de ces animaux sont de souche locale, comme l'épervier que l'on retrouve souvent perché sur un mât au dessus de la déesse. C'est aussi le cas des poissons, coquillages, crabes, qu'on ne trouve guère que chez l'Ephésienne.

Les bras sont à angles droits. Les deux humérus sont collés au corps alors que, pour les avants-bras, souvent manquants, la position du coude indique clairement qu'ils étaient à l'horizontale, dans un geste d'accueil et d'ouverture. Une monnaie d'époque romaine, frappée à Marseille au Ie siècle ap. J.-C. représente des bandelettes tombant de ses poignets jusqu'au sol. Il s'agit d'un attribut divin qui n'est pas propre à Artémis (Homère nous parle, par exemple, des bandelettes d'Apollon) mais nous savons que, dans le cas qui nous occupe, ces fils (probablement de laine) symbolisaient la protection et l'asile que la déesse accordait dans son sanctuaire.

La tête : La déesse porte généralement des boucles d'oreilles. Sa chevelure tombe sur ses épaules et sa tête s'appuie, en arrière, sur un reposoir. Ici encore, les figurations animales abondent. Elle arbore aussi une sorte de tiare, qui prend généralement la forme d'une couronne tourrelée et qui, sur certaines représentations, est quadrillée ou recouverte d'un voile. Il est intéressant de noter qu'on retrouve le même couvre-chef sur la tête de la statuette qu'on suppose représenter un Mégabyse. Parfois, cette tiare est prolongée par un mât sur lequel peut venir encore se percher un épervier, rappelant à la fois les attributs de la Potnia Théron et ceux de la souveraine du marécage du Caystre.

Le cou et la poitrine : le cou de la déesse est orné de pendentifs. Sur ce collier, on trouve souvent des crabes et des scorpions, correspondant, peut-être, à des signes du zodiaque.
Mais ces pendentifs descendent très bas, sur trois ou quatre rangées, jusqu'au niveau de la ceinture et font tomber sur le ventre d'Artémis les protubérances qui lui ont valu l'épithète de polymastos "(aux multiples seins").
Ces protubérances font l'objet de diverses hypothèses : certains y voient des seins, d'autres des attributs mâles, plus spécifiquement des testicules de taureau, dont on sait que la déesse appréciait la compagnie, sans que l'on puisse dire s'il s'agissait d'une castration rituelle effectuée lors d'un sacrifice. Une autre théorie évoque l'éviration humaine. Le Mégabyse, grand prêtre d'Artémis, était un eunuque et Strabon nous dit que, quand la fonction est devenue collégiale, c'est toute une partie du clergé masculin affecté au service du temple qui était, lui aussi, castré. On pourrait voir dans ces chapelets les offrandes rituelles faites par ces prêtres lors de leur entrée en fonction ou à l'occasion de quelque cérémonie religieuse, ce qui rappelle les rites de la déesse orientale Cybèle.
D'autres érudits voient dans ces protubérances des œufs d'autruche, thème qui reste associé à la fertilité.
Un autre interprétation consiste en des grappes de fruits : dans son mémoire, J.-P. Montbrun voit là une représentation symbolique d'un palmier dattier. C'est un arbre très répandu au Moyen Orient, dans le sud de l'Asie Mineure, en Afrique du nord et, dans une moindre mesure, en Méditerranée. Les Grecs le connaissaient bien et il est certain qu'il devait en pousser en abondance dans la région d'Ephèse.


source : wiccapedia.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://grotte-sacree.geekwu.org
Nemesis


avatar

Genre : Masculin Poissons Messages : 7062
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Mar 17 Mai 2016 - 23:12

Merci pour ces infos. Bien-sûr, une même divinité pouvais énormément changer d'un peuple à l'autre. Rien que Thanatos ou Hadès.

Revenir en haut Aller en bas
Sheol


avatar

Genre : Masculin Balance Messages : 77
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 24
Localisation : Caen

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Mar 17 Mai 2016 - 23:38

Merci beaucoup Siannan pour toutes ces précisions fort utiles ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Carnun


avatar

Genre : Masculin Verseau Messages : 258
Date d'inscription : 22/01/2014
Age : 46
Localisation : Tir na n-Og

MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    Mar 31 Mai 2016 - 10:51

Je suis allé sur place l'an dernier; l'expérience est indescriptible: la cité dégagée est gigantesque et il faut presque la journée pour en faire le tour. Il se dit que seule une petite partie a été fouillée jusqu'alors! Un peu plus loin il ne reste que cette colonne solitaire au milieu d'un petit marécage entouré de cigognes. On se dit 'C'est là', et l'on peut imaginer les foules de croyant qui jadis venaient, arfois depuis le confins de l'Empire, pour prier et demander des faveurs à la déesse.
Intéressant: pas loin se trouve un petite maison ancienne où les chrétiens ont placé le lieu de trépas de Marie, ou sa dormition pour les orthodoxes. De déesse en déesse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.clairieredecernunnos.blogspot.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Temple d'Artémis à Éphèse    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Temple d'Artémis à Éphèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les 7 merveilles du monde.
» Le temple d'Angkor Vat: un complexe trois fois plus vaste
» La Présentation de Jésus au Temple, Saint Théophane Vénard, commentaire du jour "Syméon prit l'enfant..."
» Le temple de Jérusalem
» Dédicace de la Basilique du Saint-Sauveur et commentaire du jour "Le Temple saint,..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wiccan Domhanda :: LES MYTHOLOGIES ET TRADITIONS PAÏENNES :: Tradition Grecque, spiritualité Helleniste :: Histoire de la Grèce-