Wiccan Domhanda

AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Introduction aux nombreux visage de DIANE (Article)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diana


avatar

Genre : Féminin Scorpion Messages : 1101
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 38
Localisation : Dans le Temple sacré

MessageSujet: Introduction aux nombreux visage de DIANE (Article)   Mer 2 Oct 2013 - 9:14

Je voudrais vous faire partager cet article qui m'a semblé bien intéressant. Il s'agit de DIANE, n'hésitez pas à suivre les articles de ce blog DISCOR-DIANIQUE RELOADED (je publierai d'autres articles d'ailleurs sur le forum Very Happy ) :


Faire une thèse en histoire ancienne, ça a quelques avantages. Comme lire en toute impunité des ouvrages à la fois pour le travail et pour la spiritualité, et parfois découvrir des perles qui révolutionnent complètement ce qu'on imagine de telle divinité, telle pratique, tel peuple.

Cet article est le premier d'une série de plusieurs autres, regroupant la traduction complète du chapitre "Les nombreux visages de Diane" de l'ouvrage Roman religion and the cult of Diana at Aricia de l'historien C.M.C. Green. Le travail de traduction qui s'annonce est un très vaste chantier, qui vient s'ajouter à d'autres chantiers (tels que les mythes et sorcellerie slave, sur laquelle je suis toujours et qui,c omme annoncé, fera bientôt l'objet de mes premiers compte rendus de trouvailles), mais en lisant cette partie, il m'apparut essentiel et absolument nécessaire que je puisse faire partager cela à tous ceux que ça intéresserait. Car on croit tous connaître Diane, cette déesse devenue si "banale" dans la sorcellerie ou le paganisme contemporain. Cependant, j'ai envie de vous dire, à vous qui lisez ceci, que tout ce que vous croyez savoir n'est souvent qu'un amat de choses plus ou moins justes, dont on ne sait même pas d'où ça vient réellement (ou à peine), et qui sont délayées et répétées à l'infini dans le milieu pagano-sorcier, depuis la fin du XIXe siècle, et qu'à force, on ne se demande même plus pourquoi Diane est la lune, et pourquoi la lune a un rapport avec la chasse. Et pourquoi Diane serait la déesse des sorcières aussi, à qui les sorcières consacrent divers sorts, des sorts amoureux aux sorts d'argent ou de chance, jusqu'à de la nécromancie. Non, ce n'est pas à cause d'un syncrétisme grec la liant à Hécate, non ...

Cette série de traductions vient aussi montrer en quoi la religion romaine, et latine de manière générale, ici en la "personne" de Diane, n'a rien à envier à la religion grecque (sujet dont on retrouve des débats des historiens anciens ou actuels, aux païens de notre siècle).


Introduction : Diane, le problème


Diane. Son nom tire ses racines dans la culture des premiers Indo-européens, et suggère qu’elle était une divinité céleste qui brille. Elle fut adorée comme la lune dans toutes les périodes pour lesquelles nous avons des traces, et il est raisonnable de penser que c’était la lune qui était adorée par le peuple qui la nomma. Son sanctuaire dans le cratère [du lac de Nemi] indique la présence d’une divinité imbriquée de près avec la nature, en particulier le monde sauvage. Le prêtre archaïque qui la servait dans ce sanctuaire témoigne de l’ancienneté du culte de Diane, et la forme de son rituel, dans lequel il était toujours le chasseur qui était chassé, suggère qu’un culte de la chasse était son tout premier cadre. Parmi les Latins archaïques, Diane était une déesse des guerriers, celle qui garantit le pouvoir et l’autorité. Toujours durant la période archaïque, lorsque l’iconographie religieuse grecque devenait à la mode dans le Latium, Diane a été identifiée à Artémis, la chasseresse, et dans le premier temple (dont nous avons connaissance) construit pour elle dans son sanctuaire au sein du cratère, elle est célébrée de manière grandiose en tant que chasseresse. Des traces plus tardives indiquent qu’elle recevait un culte en tant que déesse aidant les femmes lors de l’accouchement, en tant que déesse des routes et des chemins, et en tant que divinité du monde souterrain.

La multiplicité des fonctions, et l’iconographie grecque ont été interprétées ensemble par les chercheurs modernes comme une preuve indiscutable de syncrétisme, et de ce fait, la question a toujours été : qu’était réellement Diane, avant qu’elle ne commence à changer sous des influences étrangères, grecques en particulier ? Avec cette question vinrent deux assomptions qui n’ont pas été examinées : tout d’abord, qu’il devait y avoir une sorte d’identité fondamentale, une certaine forme centrale, à laquelle les identités et fonctions restantes ont été ajoutées ; et ensuite que l’acquisition de ces fonctions était le fruit du hasard – mis à part des connections élémentaires, comme entre une déesse féminine et ce qui concerne l’accouchement – ceci manquant de réelle connexion avec l’identité de base.

Ainsi, Wissowa [le « père » de l’histoire de la religion romaine (1859-1931)] rejeta à la fois l’identité de déesse de la lune et de déesse de la chasse, et conclut que Diane était « protectrice et soutien des femmes dans les maladies spécifiques à leur sexe » (1912, 248). Il pensait que l’introduction de l’iconographie « de type Artémis » prouvait que le culte de Diane a été altérée par la connexion avec la déesse grecque (1912, 251), et que tous les aspects la concernant qui vont au-delà de la qualité de protectrice des femmes, en particulier son identité de déesse de la chasse, dérivaient d’Artémis. En arrivant à cette conclusion, il était particulièrement influencé par l’argument de Johannes (1907, 59-75) selon lequel les Romains (par lesquels il sous-entendait les Latins de manière générale) ne chassaient pas (Wissowa, 1912, 247-51). A la suite de ces études, le panel des domaines intéressant Diane a pu s’élargir à un vague patronage sur le monde sauvage, mais un ensemble d’études modernes révèle en somme que son identité centrale est toujours perçue comme celle d’une déesse de la nature proche d’une nymphe, dont l’intérêt premier est les femmes (voir Scheid, 1997 ;  Turcan, 2001, 152 ; Dumézil, 1996, 409). Il est tacitement considéré que presque toutes les autres qualités qui lui sont attribuées, en particulier son aspect de chasseresse, étaient acquises d’Artémis.

La conclusion voulant que Diane soit spécifiquement (et en particulier dans la forme première, ré-Artémis) liée aux femmes ne peut tout simplement pas être soutenue. Les objets votifs du sanctuaire, sur lesquels Wissowa a basé son argumentation, indique que les intérêts des femmes et des hommes étaient représentés à égalité dans le culte (Hänninen, 46). Le fondement du reste de l’argumentation de Wissowa –selon laquelle Diane devait avoir emprunté sa forme de déesse chasseresse parce que les Romains (c'est-à-dire les Latins) ne chassaient pas – manque de substance. Les Romains et par conséquent, les Latins, chassaient (Green, 1996a), et les restes datant de l’époque archaïque témoignent que cette déesse tenait dans la culture latine une position parfaitement en accord avec son identification en tant que déesse des guerriers et de la chasse. Nous devons conclure que lorsque les Latins identifièrent originellement Diane avec Artémis, c’était basé sur le fait que les deux divinités avaient la chasse en commun.

Pour déterminer la nature de Diane, il est nécessaire, il me semble, d’apporter les premières preuves que son nom a tout son poids. Nous devons aussi sérieusement considérer ce que les Latins, et les Ariciens [habitants d’Aricie, cité sur le territoire de laquelle se trouve le sanctuaire de Diane du lac de Nemi] en particulier connaissaient au sujet de leur propre déesse. Si elle était représentée en chasseresse, si elle a une histoire en tant que déesse des chasseurs et des guerriers, c’est parce qu’ils adoraient Diane en tant que tel, et c’est pour cette raison qu’on lui donna le visage d’Artémis. La grande difficulté qui reste, une fois que ceci est dit, est que nous devons réconcilier le nom de la déesse de la lune avec l’identité de déesse chasseresse-guerrière.



Traduit de Roman religion and the cult of Diana at Aricia, de C.M.C. Green, par Hédéra.



Source : http://discoreloaded.canalblog.com/archives/2013/10/02/28131323.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Introduction aux nombreux visage de DIANE (Article)   Mer 2 Oct 2013 - 17:05

Merci, merci, merci mille fois pour cet article!!! cheers 
Revenir en haut Aller en bas
Diana


avatar

Genre : Féminin Scorpion Messages : 1101
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 38
Localisation : Dans le Temple sacré

MessageSujet: Re: Introduction aux nombreux visage de DIANE (Article)   Jeu 3 Oct 2013 - 17:49

de rien ! Very Happy Hédéra fait de très bons articles Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Introduction aux nombreux visage de DIANE (Article)   Dim 22 Déc 2013 - 19:45

du coup j'avoue ne plus savoir qui elle est
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Introduction aux nombreux visage de DIANE (Article)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Introduction aux nombreux visage de DIANE (Article)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» commentaire d'article en pénal
» Commentaire d'arret : article 9 du code civil
» Demande d'euthanasie
» Test de la médiane - please HELP
» déséquilibre du visage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wiccan Domhanda :: LES MYTHOLOGIES ET TRADITIONS PAÏENNES :: Tradition Romaine :: Les Dieux Romains-