Wiccan Domhanda

AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le roi Houx, Le roi Chene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Le roi Houx, Le roi Chene   Jeu 26 Déc 2013 - 22:01

Vous trouverez a la fin de cette article ma sources, ainsi que des articles sur le roi houx, le roi chêne et le green man.


Le roi chêne et le roi houx, sont deux avatar du green man, se sont des divinités encore jeune, leurs égrégore a environs 50ans. Pour le changement de règne, selon les versions ils ont lieux à Litha et Yules, Mabon et Ostara ou Samhain et Beltane
Voici un article sur eux:

"Chacun de ces rois règne en fait sur une partie de l’année. Le chêne domine ainsi les mois où fleurs et feuillages se réveillent. On célèbre l’apogée de son règne en juin, lors du solstice d’été. Le houx, par contre, parcourt les mois d’hiver, quand les feuilles tombent et la faune dort dans ses terriers. C’est en décembre qu’on le célèbre, en l’accrochant aux portes et aux fenêtres, en le semant sur les tables de Noël. Le sommet de sa prestance, il l’atteint, lui, au solstice d’hiver.

Les deux rois représentent chacun une des facettes de l’homme vert. Le chêne est lumineux, ivre d’abondance et de croissance, gorgé de sève et de force. Il grandit sur un monde fertile, doré et chaud, il souffle une vie grouillante et riche d’entre ses lèvres feuillues. Le houx est, lui, plus sombre et insensible aux rigueurs de l’hiver. Il est la persistance, plus que la force. Il est la protection que ses feuilles épineuses incarnent contre le monde hostile. Il croît sur une terre glacée. Et son visage se dresse sur une vie endormie. Les deux rois n’ont rien en commun. Ils sont en fait complémentaires. Ils forment, ensemble, la grande boucle de la vie.

Il y a pourtant deux périodes de l’année où ils s’approchent, se frôlent et mélangent leurs magies. Au printemps tout d’abord, quand les froids se retirent. Le roi houx, affaibli, voit le jeune chêne qui se dirige vers lui. Tant de chaleur et tant de vie émanent de ce beau corps  tout en bourgeons encore. Dans le vacarme des pluies de mars, ils s’approchent l’un de l’autre, se hument, s’apprennent, conversent et se caressent. Le roi de l’hiver le sait bien. Son règne est terminé. Les glaces ont disparu et les animaux se réveillent. Il faut laisser la terre revenir à la vie. Que les bourgeons éclosent. Que le pollen s’envole. Il a veillé pendant six mois. Il peut aller se reposer. Mais avant, il se penche sur le jeune chêne tout parfumé de sève. « Faut-il que l’on combatte ou qu’on fasse l’amour ? »

Il faut les deux, peut-être.

Alors commence un étrange ballet. Le houx et le chêne mêlent leurs corps, dans une étreinte à vif. Chacun connaît l’issue de cette chaude étreinte. Et pendant que le chêne essuie ses toutes premières blessures, le houx, lui, s’abandonne, murmure, love sa cîme pointue contre la jeune écorce. Dans le ciel, le soleil se bat avec la pluie des grêles, dans une lutte sauvage qui ne cesse d’étonner les hommes. Comment diable se vêtir quand le temps est si incertain ? C’est l’équinoxe, le temps où la journée est égale à la nuit. Les deux rois savent qu’ils sont de force équivalente, mais que l’issue, elle, est inévitable. Le houx devra laisser la place. Mais qu’il aime cet étrange combat, où son amant cherche à tout prix, à prendre le dessus. Il le mord, le chatouille, profite de cette odeur terreuse, synonyme de vie foisonnante. Il la fait sienne, l’absorbe. Il griffe la jeune peau nue. Le chêne tressaille.

-Pourquoi ?, demande-t-il, attristé.

Et le vieil arbre sourit :

-Toute nuit d’amour a ses épines. Toute nuit d’amour est une offrande Si je te sacrifie mon règne, tu me sacrifies, toi, ta juvénile ignorance. Laisse-moi t’apprendre, mon jeune amant, les lois impitoyables de la vie.

Dans la forêt, des cris d’oiseaux, le brame d’un cerf, le grognement d’un sanglier saluent la fin d’une formidable nuit d’amour sous forme de combat. Le houx s’est endormi. Le chêne se penche sur lui et pose un baiser sur ses feuilles, ces feuilles piquantes, ces fruits empoisonnés, qui viennent de lui apprendre les dangers de la vie. Il a appris, c’est sûr. Le houx lui a livré un peu de sa sagesse. Il en aura besoin pour régner sur l’été.

Pendant que le vieux roi s’endort, le chêne redresse la tête. Six mois. Il règnera sur cette partie du monde pendant six mois. Avant que lui même ne s’avance, fatigué, dans la forêt prête à dormir. Il y rencontrera le houx, frais, dispos, pour tout dire rajeuni. Par une nuit d’automne, ils s’aimeront encore. Mais cette fois, le « daddy », ce sera lui.

Dans le monde païen, ce mythe a, bien sûr, plusieurs acceptations. La plus courante est celle où le vieux roi transmet son pouvoir au plus jeune lors d’un combat où il sera battu. Mais il résonne avec une tonalité particulière dans le cœur des homos qui y voient davantage une lutte amoureuse. Une forme d’initiation. Les équinoxes font alors l’objet de célébrations où un homme jeune symbolisera un des deux arbres. Et un homme plus âgé incarnera l’autre. Penczak cite dans son livre « gay witchcraft » les particularités du chêne et du houx. L’homme-chêne sera jeune, né entre décembre et juin, plutôt solaire, extraverti, créatif, énergique. L’homme-houx sera, quant à lui, plus vieux, né entre juin et décembre, plutôt lunaire, introverti, économe en effort. Deux êtres complémentaires que ce mythe fait se rencontrer. Voilà un acte amoureux qui réunit deux hommes mais qui est néanmoins clairement basé sur la différence des êtres. Qui a dit que « homo », cela veut dire « semblable » ?

Quand le 21 septembre sonnera à vos réveils, regardez bien celui qui dort à vos côtés. Demandez-vous de qui vous êtes l’héritier. Du chêne ? Ou du houx ? Et votre amant, duquel des deux est-il le digne représentant ? En ces temps où le jour est égal à la nuit, aimez-vous. Soyez l’espace de quelques heures ce fabuleux couple royal. Par ce moment d’amour, c’est sa magie que vous sèmerez sur le monde. Ennemis, frères ou amants, peu importe, ils font partie de l’éternel mystère masculin."


source:
roi houx:
http://wiccandomhanda.forumactif.org/t415-le-roi-houx
roi chene:
http://wiccandomhanda.forumactif.org/t416-le-roi-chene
green man:
http://wiccandomhanda.forumactif.org/t413-l-homme-vert-green-man
article, gay spirit:
http://gayspirit.canalblog.com/archives/2011/05/16/20607849.html
Revenir en haut Aller en bas
DANA


avatar

Genre : Féminin Cancer Messages : 1212
Date d'inscription : 02/12/2013
Age : 57
Localisation : ILE DE FRANCE

MessageSujet: Re: Le roi Houx, Le roi Chene   Jeu 26 Déc 2013 - 22:42

Merci beaucoup pour ce mythe que je découvre et que je vais partager avec des amis qui en savoureront toute la sensualité et la sagesse

_________________
La voix est une caresse

Ils n'ont dans la vie que cette philosophie :
nous avons toute la vie pour nous amuser,
nous avons toute la mort pour nous reposer
https://www.youtube.com/watch?v=TFlE1NP_484
1976
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le roi Houx, Le roi Chene   Mer 21 Jan 2015 - 15:11

J'aime beaucoup ce texte, merci pour le partage Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le roi Houx, Le roi Chene   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le roi Houx, Le roi Chene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le roi Houx, Le roi Chene
» Jeux vous lait v-houx dire .... que je reste !
» La feuille de houx
» Le houx
» le fragon ou petit houx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wiccan Domhanda :: LES MYTHOLOGIES ET TRADITIONS PAÏENNES :: Tradition Celtique :: Les Dieux Celtes-